correction professionnelle roman

La correction professionnelle, étape clé de votre livre

On ne le dira jamais assez : la correction, pour fastidieuse qu’elle puisse paraître, est une étape essentielle. Que vous soyez en autoédition ou que vous comptiez envoyer votre manuscrit à des maisons d’édition, corrigez, faites corriger, et surtout privilégiez pour votre précieux roman une correction professionnelle.

Une correction professionnelle pour un sans-faute

Quand on a passé des mois, voire des années sur l’écriture d’un livre, une fois le dernier point apposé, on a envie de crier « victoire, j’ai terminé ! » Désolée, mais ce n’est en fait que le début. Car vient ensuite l’étape longue et parfois bien ennuyeuse de la relecture et correction.

La relecture correction, une étape indispensable

Passage obligé de l’écrivain, qu’il compte envoyer son livre à un éditeur ou le publier lui-même, la relecture-correction doit être faite avec soin. Dans un premier temps, il faut relire et corriger les fautes que vous détectez, puis réécrire les passages qui vous semblent inaboutis à la lecture. N’oubliez pas de confier votre livre à un lecteur expérimenté pour une bêta-lecture minutieuse. Une fois tout cela fait, ne criez pas victoire ! Même si vous êtes calé en orthographe, il reste certainement quelques fautes d’inattention, des maladresses, des répétitions ou des tournures malhabiles qui peuvent gâcher le plein potentiel de votre œuvre !

Pourquoi travailler avec un correcteur relecteur ?

Pourquoi confier son livre à un correcteur relecteur professionnel ? Parce qu’il y va de votre crédibilité en tant qu’auteur ! Si vous souhaitez démarcher des maisons d’édition, sachez qu’un manuscrit bourré de fautes donne un très mauvais aperçu. Déjà, c’est illisible. Et ensuite, cela signifie pour l’éditeur un long travail de correction en amont s’il publie votre livre. De quoi faire hésiter ! Votre crédibilité est plus encore en jeu quand vous publiez en autoédition. Aux yeux des lecteurs, vous passez pour un auteur amateur, brouillon, qui bâcle ses publications. En revanche, si votre livre bénéficie d’une correction professionnelle, c’est pour le lectorat un gage de qualité et la promesse d’un roman lisible.

Corriger ses fautes pour respecter le lecteur

Les lecteurs sont de plus en plus sensibles à la correction orthographique d’un livre. Ils ne supportent pas de lire un roman bourré de fautes, et ils ont bien raison ! Les fautes d’orthographe gênent la lecture et certains lecteurs en viendraient à abandonner votre livre rapidement. De plus, le lecteur pourrait se sentir offensé que l’auteur ait si peu de considération pour son lectorat qu’il lui balance un livre encore à l’état de brouillon. En somme, cela fait des lecteurs mécontents, déçus, donc perdus, et de mauvais commentaires à la clé. Faire corriger les fautes de son texte par un relecteur correcteur, c’est respecter son lectorat.

Besoin d’un lecteur-correcteur ? Découvrez mes services !

correction et réécriture de livre

Correction professionnelle de votre manuscrit

Pourquoi investir dans une correction professionnelle

Investir dans les relectures et la correction d’un texte, cela fait reculer bien des auteurs. Comment ? Dépenser de l’argent avant même d’en gagner ! Pourtant, miser sur une correction d’orthographe professionnelle est un bon investissement. Je vous explique pourquoi.

La correction de textes, un métier

Je sais que beaucoup d’auteurs renâclent sur le coût d’une correction professionnelle. Au point que certains m’ont déjà demandé de corriger gratuitement leur livre ! Ce que j’ai refusé, cela va sans dire. Car, comme tout professionnel, le lecteur-correcteur est un entrepreneur qui a besoin de payer ses factures, de remplir son frigo, d’habiller ses enfants. La correction de textes ne s’improvise pas, c’est un métier. Beaucoup de correcteurs sont des freelances qui ont du mal à vivre de leur travail. Donc oui, c’est un investissement, il faut par conséquent le prévoir en amont et l’intégrer dans vos coûts de publication. Et si vous voulez vous faire une idée des tarifs pratiqués (très variables d’un correcteur à l’autre) et de l’investissement à prévoir, vous pouvez utiliser mon calculateur en ligne.

La relecture et correction professionnelle, un investissement payant

Gardez à l’esprit que vous n’êtes pas lecteur-correcteur professionnel, mais auteur. Ce sont deux métiers différents (même si les deux peuvent s’associer, comme vous pouvez le voir sur mon site auteur). D’ailleurs, un auteur qui est aussi correcteur n’est pas à l’abri de laisser passer des fautes dans son texte alors qu’il les aurait relevées sans mal dans le texte d’un autre ! Question de subjectivité… Pour ma part, je fais toujours corriger en seconde correction mes livres par un professionnel tiers. Et j’insiste sur « professionnel » ! Combien de livres ai-je lu qui avaient été corrigés gratuitement par un ami ou un parent, réputé bon en français ou prof de lettres ! J’y ai toujours relevé des coquilles, et pas des moindres. Plus encore quand on se contente d’une correction automatique effectuée par un vérificateur orthographique. Donc c’est un investissement, mais rien ne vaudra jamais l’œil d’un pro. Faire corriger son texte, oui mais pas pas n’importe qui.

Déléguer la correction de son manuscrit

Faire relire et corriger son manuscrit par un professionnel représente aussi un gain de temps pour l’auteur qui pourra confier l’esprit libre son manuscrit au correcteur et se consacrer à autre chose en attendant. Et quand on sait le temps qu’il faut pour effectuer une relecture approfondie, plus encore quand elle se double de réécriture et de reformulation, ce n’est pas rien !

Pour toutes ces raisons, bannissez votre logiciel de correction et privilégiez un travail de relecture et de correction par un professionnel. Si l’investissement peut sembler d’importance, livrer à vos lecteurs un livre relu et corrigé, donc une publication irréprochable sera forcément mis à votre crédit !

Comment corrige un professionnel ? Découvrez les coulisses du métier de correcteur.

2 réflexions sur “La correction professionnelle, étape clé de votre livre”

  1. Bonjour la Capsylvaine.
    Montois de naissance, je me suis établi récemment à CAPTIEUX. J’ai lu avec gourmandise « VARCOLAC » de M. LATRO (ouvrage en dépôt à la Bibliothèque Municipale).
    J’ai lu dans les remerciements à la fin de l’ouvrage votre nom. J’apprends que vous avez corrigé les éventuelles « coquilles ». Sauf qu’il y en a encore une dizaine d’oubliées. Acceptez-vous de me répondre ,
    Merci et bonne journée.

    1. Bonjour,
      Je ne suis pas la correctrice de Varcolac mais sa bêta lectrice. Autrement dit, les coquilles restantes dans le texte ne sont pas de mon fait. Je vous invite à les signaler à l’auteur, qui pourra ainsi rectifier ces erreurs éventuelles dans une prochaine édition.
      Une bonne journée à vous aussi,
      Loli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.